•  

    S1034116.JPG

     

     

    Les fêtes de fin d'année approchent... Un petit cadeau personnel fait avec le coeur
    est un petit plus,

    c'est aussi quelque chose que l'on garde précieusement...
    "Le cadeau, dira t-on, n'a rien de somptueux, mais venant d'un ami, tout nous est précieux" (Théocrite)
    Je m'exerce aux noeuds marins... J'ai trouvé sur le net de superbes réalisations,
    très simples et décoratives.

    Je vous propose un noeud que je trouve superbe, monté en bracelet,
    le noeud de carrick. Très facile à réaliser et rapide !

     

    C'est sans doute le plus élégant de tous les nœuds et de plus très solide.
    D'ailleurs, ne sert-il pas à

    former les brandebourgs sur les uniformes d'apparat, et n'a-t-il
    pas inspiré
    un point de tricot des superbes
    pulls irlandais ? Même plongé dans l'eau, il se défait très facilement.
    Il est souvent utilisé pour rallonger la
    remorque entre deux bateaux.
     

    ⚓ ⚓ ⚓ ⚓ ⚓

     


     Mais auparavant, quelques notions du "vocabulaire marin"
    et d'histoire...

    Le matelotage désigne l'ensemble des travaux à
    effectuer sur
    les cordages.

    Le cordage est le nom de la corde qui sert au gréement
    et à la manoeuvre
    d'un navire.

    Le matelotage englobe donc la confection des noeuds,
    des épissures
    (jonction de deux bouts

    de corde par entrelacement), des amarrages et
    l'entretien
    des gréements.
    .L'origine du noeud remonterait à l'époque préhistorique ; on croit en effet que les hommes primitifs
    l'utilisaient avant même d'avoir découvert le feu et les métaux.
    Au cours des âges, le nœud a été utilisé dans les domaines les plus variés,
    et certains ont même acquis une
    signification sacrée, religieuse, magique ou superstitieuse.
    C'est pourtant dans la marine que leur utilisation est importante, et
    ce depuis l'Antiquité. C'est dans ce
    domaine que l'art des nœuds, comme d'une manière générale celui du matelotage, s'est développé et
    perfectionné le plus profondément.
    Ils ont tous cependant un point commun, celui de tenir sans se défaire
    sous la tension et de pouvoir être
    dénoués facilement lorsqu'il le faut, même si le cordage est mouillé.
    À l'époque de la marine à voile, tout bon marin connaissant
    son métier était capable de faire très vite et
    très bien plusieurs dizaines de nœuds, des nœuds rituels
    jusqu'aux nœuds d'ornement.
    Le spécialiste des nœuds dans l'équipage d'un navire est
    le gabier (matelot chargé de la manoeuvre des voiles) pour qui
    les nœuds n'ont pas de secret !
     
    S1034114.JPG

    Des lacets, de la cordelette, du cuir... Vous pouvez tout utiliser !
    Pour un bracelet j'ai utisisé 1 mètre de cordon divisé en deux.
    deux cordages (deux morceaux)
    Le premier cordage plié en deux réalise une demi clé.
     
    IMG-copie-3.jpg
    Le deuxième cordage plié en deux lui aussi, passe deux fois
    dessous, ensuite il passera dessus, dessous... Pour ensuite
    traverser en exploitant les ganses, à savoir : dessus, dessous...
    Il ne reste plus qu'à passer les deux extrémités à travers
    les deux ganses respectives, et souquer ! Voilà, c'est terminé !
    Souquer : serrer
    ganse : boucle

    S1034117.JPG

    Une variante, un collier "coeur" ou bracelet, et un autre "noeud de huit".
    S1034118.JPG

    Et pourquoi pas une version fête dorée !!!
    S1034124.JPG
     

    ⚓ ⚓ ⚓ ⚓ ⚓
     
     
    Amusez vous bien ! Bon week-end.
    Merci pour votre gentillesse.
    Bisous à tous.

    2 commentaires