• S1034269.JPG

     



    Je ne parviens pas à choisir l'une des deux recettes...
    La première, à mon avis, était la meilleure... Et voilà que j'en essaie une autre !
    La prochaine fois, je combine les deux !
    Je ne vous refais pas l'historique... Voilà le lien de ma succulente recette et son histoire !
    A vous de choisir...

    http://aigue-marine.over-blog.com/article-la-tropezienne-107380404.html

     

     

     

     

     

    Il vous faut : ( pour 10 personnes )

    Pour la brioche :

    7 g de levure fraîche de boulanger (vous pouvez toujours utiliser de la levure de boulanger en poudre pour ne pas faire 30 km
    en voiture... N'est-ce pas Jupi !!!)

     5 cl de lait tiède

      330g de farine

    4 g de sel

    20 g de sucre

    3 oeufs

    130 g de beurre mou

     2 cuillères à soupe d'eau de fleur d'oranger

    1 jaune d'oeuf pour la dorure
    (Labrioche est vraiment excellente...)

     

    Pour la crème à la fleur d'oranger :

     600 ml de lait

     6 jaunes d'oeufs

    250g de sucre en poudre

     70 g de maïzena (la farine est vraiment meilleure quant au résultat) Peut-être un avis trop personnel ?

    4 cuillères à soupe d'eau de fleur d'oranger

    7 g de gélatine en poudre (Que j'ai remplacé par 3 feuilles de gélatine)

    140 g de beurre mou

    350 ml de crème liquide

     

     

     

    Pour la brioche :

    Mettre la levure dans le lait tiède et laisser reposer une dizaine de minutes. 

    Dans le bol du robot mélanger la farine avec le sucre et le sel. Incorporer la levure, puis les oeufs. Pétrir avec le crochet ou à la main une dizaine de minutes puis incorporer le beurre mou  et l'eau de fleur d'oranger. 

    Couvrir d'un torchon propre et laisser lever pendant 1 heure, à l'abri des courants d'air. 

    Dégazer la pâte et la repétrir légèrement.

    Etaler la pâte dans un grand moule à tarte et laisser reposer le temps de préchauffer le four à 180°C. 

    Au pinceau, dorer le dessus de la brioche avec le jaune d'oeuf. Enfourner pour 20 minutes. 

    Laisser refroidir sur une grille.

     

    Pour la crème à la fleur d'oranger :

     

      Tremper la gélatine dans de l'eau froide . Essorer.

    Faire chauffer le lait. Battre les jaunes et le sucre,ajouter la maïzena (je préfère la farine) et l'eau de fleur d'oranger.

    Ajouter le lait chaud et continuer de battre.

    Reverser dans la casserole et faire chauffer à feu doux jusqu'à épaississement. Ôter du feu et incorporer la gélatine. Bien mélanger.

    Incorporer le beurre mou, petit à petit, tout en remuant. Laisser refroidir .

    Battre la crème pour obtenir une crème montée et l'incorporer à la préparation. 

    Filmer au contact et entreposer au moins 2 heures au réfrigérateur. 

     

    Montage :

    Couper la brioche en deux. 

    Mettre la crème dans une poche à douille et la répartir sur la base de la brioche.

    Refermer la brioche et saupoudrer de sucre glace.
    J'ai beaucoup aimé ma première recette... A vous de comparer !
    J'adore la Tropézienne... Des souvenirs dont je n'arrive pas à me détacher...

    Je pense que la recette est à ajuster... Deux tourtières de 25 cm environs... J'en ai utilisé une de 28 et une de 20 de diamètre. La crème est suffisante en quantité !!!

    S1034273.JPG
    Bonne soirée à tous. Bsous.
    La prochaine fois je vais partager la recette du gâteau de Pâques
    ukrainien, sans cuisson...


    4 commentaires
  •  

     

    S1034257

     

    Un peu d'histoire.

    Pâques, une fête païenne adoptée par l’église

    Une grande fête avait lieu au début du printemps pour célébrer et honorer Easter ou Oster , une déesse saxonne de la résurrection (mythologie germanique). La croix dessinée sur les « hot cross bun » est une signature de l’église pour contrer cette fête païenne Anglo-Saxone ancestrale.

    Ces petits pains briochés, servis en l’honneur de cette déesse avaient une forme phallique. Ils sont devenus ronds avec une croix, lorsque cette fête a été identifiée par l’église, pour en effacer l’origine païenne.

    La déesse Eastre ou Eostre pour les Anglo-Saxon, est d'ailleurs à l’origine de l’appellation anglaise de Pâques : Easter.

    La religion principale au Royaume-Uni est le christianisme.
    La reine d'Angleterre est de facto chef de l'Eglise anglicane. Le primat est l'archevêque de Canterburry, ne jouissant que d'une primauté d'honneur.

    L'anglicanisme est une confession du christianisme dont l'origine remonte au XVIème siècle, lorsque le roi d'Angleterre Henri VIII rompit avec le pape et Rome. Cette branche du christianisme est aujourd'hui présente principalement dans les pays qui ont pu être imprégnés par la culture anglaise ; outre l'Angleterre, il s'agit notamment des anciennes colonies britanniques en Amérique et en Afrique.L'anglicanisme, qui est une forme de christianisme issu du catholicisme, mais se rapprochant par bien des cotés du protestantisme.Les Églises anglicanes ont une structure épiscopale. Elles se disent à la fois catholiques et réformées.

     

    Une recette anglaise, puisqu'ils sont mes voisins ! Ou presque...
    De délicieuses brioches  agréablement parfumées !
    Je mettrai d'autres recettes avant Pâques !

     

     

     

                                       Petits pains briochés anglais de Pâques « Hot Cross Buns »

    Pour une quinzaine de brioches


    - 530 g de farine
    - 3 oeufs
    - 70 g de beurre mou

    - 19 cl de lait

    - 10 g de levure fraîche de boulangerie
    - 1/2 C à S de sucre en poudre
    - 50 g de cassonade (ou sucre roux)
    - 1C à S de cannelle
    - 2 pincées de clou de girofle en poudre (1 clou de girofle réduit en poudre au mortier)
    - 2 pincées de poivre de Jamaïque* (Je n'en ai pas mis...)
    - 1/4 de C à C de muscade
    - 1/2 C à C de sel
    - 70 g de fruits confits
    - 1 zeste d'orange
    - 30 g de raisins secs

    Dorure :
    - 1 œuf battu

    Glaçage :

    50 g de sucre glace,quelques gouttes de jus de citron, un peu de blanc d'oeuf


    Faire tiédir le lait, incorporer la levure et la demi cuillère à soupe de sucre, bien mélanger. Réserver, une dizaine de minute, le temps que la levure agisse.

    A l’aide d’un robot ménager ou d’un batteur électrique, fouetter le sucre, la farine, les épices et le sel.
    Ajouter la levure (lorsqu’elle mousse) à la préparation précédente et bien fouetter.
    Incorporer les trois œufs un à un, sans cesser de remuer. Ajouter petit à petit le beurre. Pétrir la pâte environ 5 mn, elle est alors lisse et élastique.

    Placer la boule de pâte sur une surface farinée, incorporer les fruits secs et confits tout en pétrissant.

    Déposer la pâte à brioche dans un saladier légèrement huilé, retournez la pour l’enduire
    légèrement de graisse et recouvrir d’un torchon propre. Laisser gonfler dans un lieu tempéré à chaud pendant 2 heures.

    La pâte doit alors avoir doublé de taille. Diviser la pâte en une dizaine de petites boules.
    Déposer les sur une plaque à pâtisserie recouverte de papier sulfurisé ou siliconée, en veillant à bien les espacer. Badigeonner les petites brioches avec l’œuf battu. Recouvrir d’un linge propre et laisser monter dans un lieu chaud environ 45 mn.

    Préchauffer le four à 200 °C, badigeonner les petits bains briochés de nouveau, vérifier la cuisson à l’aide d’un couteau. Placer sur une grille à pâtisserie et laisser refroidir.

     

    Glaçage

    Mélanger le sucre glace avec quelques gouttes de jus de citron et du blanc d'oeuf.

     

    ***  Le poivre de Jamaïque

     Contrairement aux croyances populaires, ce n'est absolument pas un poivre mais une simple épice.

    Le poivre de Jamaïque est souvent appelé toute-épice, car sa saveur rappelle à la fois la cannelle, le girofle, le poivre et la muscade.

    Il peut donc être un substitut au mélange quatre épices.

    On n’a jamais vraiment pu remonter jusqu’à l’origine de l’utilisation du piment de Jamaïque. Cependant, on sait que les Aztèques employaient déjà le piment de Jamaïque pour parfumer le chocolat.

    Bon dimanche, bisous à tous.
    Merci de votre visite.


    4 commentaires