•  

    Je partage avec vous ce lien que Mireille m'a fait parvenir. Merci ma Mi !

     

    http://videos.tf1.fr/jt-we/2013/il-y-a-50-ans-disparaissait-jean-cocteau-8289934.html

     

    Mon ami Lucien m'a envoyé un avis d'exposition : Paris XVIIe au Musée des lettres et manuscrits
    en l'occasion du 50e anniversaire de la disparition de Jean Cocteau, à la suite de celle d'Edith Piaf.
    "A l'encre de Cocteau".
    Cette exposition lui rend hommage en présentant plus de 150 manuscrits et lettres, des autographes, des ouvrages illustrés
    ainsi que des dessins, des photos et des affiches (dont un grand nombre d'inédits).

    Jean Cocteau le magnifique, les miroirs d'un poète
    Musée des Lettres et Manuscrits du 11 octobre au 23 février 2014

    Un hommage à Jean Cocteau En parcourant cette exposition, le visiteur pourra passer de l’autre côté du miroir, le miroir objet principal de la mythologie personnelle de Jean Cocteau. L'étoile, autre symbole graphique...  À la fois poète, romancier, dramaturge, dessinateur, décorateur, cinéaste... Jean Cocteau demeure aujourd’hui une référence, une source d’inspiration inépuisable pour nombre de créateurs. Les pièces maîtresses de cette exposition sont le manuscrit du scénario original du fi lm La Belle et la Bête, chef-d’oeuvre classé « Trésor national », accompagné du manuscrit autographe du journal de ce film et de photographies prises lors du tournage, ainsi que Le Mystère de Jean l’Oiseleur, oeuvre poétique mêlant écriture et dessin.

     

    Dans le cadre de cette exposition, seront présentées plusieurs lettres relatives au couple mythique que formèrent Jean Cocteau et Jean Marais de 1937 à 1949, choisies parmi l’abondante correspondance entre ces deux monstres sacrés conservée par le Musée des Lettres et Manuscrits. Cette liaison qui inspira fortement le dramaturge et le cinéaste, donna naissance à des oeuvres majeures comme LaBelle et la Bête, L’Aigle à deux têtes, Les Parents terribles et Orphée dont Jean Marais fut l’inoubliable interprète passant du monde visible au monde invisible à l’aide d’un miroir.

    Un hommage à Edith Piaf
    Cette exposition inédite est également l’occasion de présenter un hommage à Edith Piaf, amie de Jean Cocteau, à travers différents écrits et photographies. Apprenant la mort d’Edith Piaf, Jean Cocteau aurait déclaré « C’est le bateau qui achève de couler. C’est ma dernière journée sur cette terre ». Jean Cocteau s’éteindra quelques heures après Edith Piaf,

    Les miroirs d’un poète

    Le miroir fait partie de la mythologie personnelle de Jean Cocteau. Le miroir surprend, étonne, fascine autant qu’il réfléchit, rassure ou déclenche la crainte. de sa chambre à l’hôtel Welcome où il réside dans le port de Villefranche-sur-mer.  Il donne naissance au Mystère de Jean l’Oiseleur,  l’une de ses plus belles oeuvres poétiques. Composée de trente et un autoportraits autour desquels il écrit les phrases qui lui traversent l’esprit, les images parlent d’elle-mêmes !

     

    Divers 0009


    Ce sera Le Sang d’un poète... On y voit la première traversée silencieuse d’un miroir qui  "ferait bien de réfléchir un peu avant de renvoyer des images." Ce « voyage » figurera à nouveau, en 1950, dans Orphée. Joué par Jean Marais, Orphée se prépare à traverser le miroir qui sépare les mondes visible et invisible.  Cocteau a joué avec la puissance divinatoire du miroir dans La Belle et la Bête.  « Les miroirs sont les portes par lesquelles entre la mort.  Le 11 octobre 1963, à l’âge de 74 ans, il accomplira à son tour le voyage vers le mystère et les « valeurs secrètes » qui l’ont toujours intrigué, voire obsédé. Si l’on se penche sur la symbolique du miroir, il était appelé autrefois speculum. Les anciens l’utilisaient pour scruter le mouvement des constellations. Cocteau ne l’ignorait sans doute pas. Est-ce la raison pour laquelle l’étoile est elle aussi entrée dans sa mythologie ?

    LA SCÉNOGRAPHIE ET LE PARCOURS DE L’EXPOSITION
    La salle d’exposition temporaire du Musée des Lettres et Manuscrits, dans une mise en scène intimiste, met en lumière la personnalité artistique de Cocteau et laisse la part belle aux œuvres originales. Les miroirs, et plus précisément les reflets du miroir sont le fi l conducteur de cette exposition consacrée au prince des poètes, Jean Cocteau. Cette présentation propose cinq miroirs : des premiers regards évoquant son enfance, sa jeunesse, l’entrée en poésie, l’apparition de l’étoile, le merveilleux, la traversée du miroir, et enfin ses amitiés, ses influences…

    Parcours de l’exposition :
    Partie I.
    1889-1916. Premiers regards : l’enfance, l’élève Dargelos, la jeunesse, les salons littéraires, recueils de poèmes, les Ballets Russes.

    Partie II. 1917-1929. L’entrée en poésie : Parade, parution du Potomak, Radiguet, mort de Radiguet, Plain-chant, Orphée au théâtre, prise d’opium, Villefranche-sur-Mer, Le Mystère de Jean L’Oiseleur, L’Ange Heurtebise, Le Livre blanc, Les Enfants terribles (roman), Opium.
    Partie III. 1930-1942. Apparition de l’étoile : La Voix humaine, Le Sang d’un poète, la princesse Natalie Paley, La Machine infernale, Le Tour du monde en 80 jours, Jean Marais, Les Chevaliers de la Table ronde, Les Parents terribles.
    Partie IV. 1942-1949. Le merveilleux : L’Eternel Retour, La Belle et la Bête. Le double : L’Aigle à deux têtes (pièce et film).
    Partie V. 1950-1963. La traversée du miroir : Orphée (film), Le Testament d’Orphée (film), dernier automne à Milly.
    (Certaines partiesdu texte ont été copiées sur le net.)

     

    Il y a quelques temps mon amie Mireille m'a offert un livre superbe où j'ai fait de nombreuses découvertes. Je partage quelques photos de ce
    magnifique recueil qui m'a fait un immense plaisir... J'attendais cette occasion pour vous montrer quelques photos et écrits...
    Le lien vers ma Mi : http://www.mireillecoeursoleil.blogspot.fr/

     

     

    La première de couverture

     

    IMG-copie-2.jpg

     

    La quatrième de couverture

     

    Divers-0001.jpg

     

    Autoportrait 1910

     

    Divers-0002.jpg

     

     

    La salle des mariages Hôtel de ville de Menton

    La noce mauresque et africaine, dans la séquence de l'enlèvement, est une scène d'exultation érotique
    où le couple uni et lié par le bras de la jeune épouse, monté sur le cheval  blanc impétueux fait route

    pour l'étreinte.

     

     

    Divers-0003.jpg

     

     

    Plafond de la salle des mariages

     

     

    Divers-0004o.jpg

     

     

    Esquisse pour le plafond de la chapelle de Fréjus

     

    Divers-0007.jpg

     

     

     

     

    Divers-0006.jpg

     

    Divers-0005.jpg

     

    Divers-0010.jpg

     

    Divers-0011.jpg

     

     

    Connaissez vous celle-ci, plus rare ???

     

    "Sommeil hollywoodien"

     

    000.jpg

     

     

    Merci pour votre visite ! Bisous à tous.

     


    6 commentaires